La Motte Féodale de Corberon

                     

                                                   Maquette du château au XVI ième siècle                                                                                              ( Réalisée par X Giboulot d'après le terrier de 1699)

Ses origines se perdent dans la nuit des temps. Il apparaît sous la forme de<< Maison forte » en l3l2 sous le règne de Perret D'Argilly seigneur de Corberon puis en 1350, 1364, 1372 dans le dénombrement des biens d'Oudard de Mipont, en 1380 dans celui de Jean de Mipont. A la mort de ce dernier en 1400, sa veuve Jeanne de Villers épouse Jean Genevois Bouton qui devient seigneur de Corberon et entreprend la construction d'un château que son fils Jacques achèvera.

Il est difficile de savoir si il s'agit d'un renforcement des défenses de la maison forte existante ou d'une construction entièrement nouvelle mais une description précise est parvenue jusqu'à nous ; << c'était une maison forte, flanquée de 5 tours et dans laquelle on pénétrait par un unique pont-levis et des ponts dormants, jetés sur des fossés larges de douze à quinze mètres, remplis de I'eau du meuzin et mesurant plus de 300 mètres de circuit. Il y avait à proximité jardin, verger et basse cour avec granges et étables. Les habitants de Corberon, de Villy le Brulé et de Marigny étaient retrayants de ce château ( ils pouvaient s'y retirer et y mettre à I'abri leur personne et leurs biens en temps d'imminent péril de guerre, mais à charge d'y faire le guet et la garde selon la coutume du duché de Bourgogne) .Comme la pluspart des châteaux avoisinants situés en plaine de Saône, il était construit de pierres provenant des carrières de la côte voisine et de briques fabriquées sur place (une tuilerie existait à l'est du village) grâce aux terres riches en argile;aux archives départementales de Cote d'Or, se trouve un terrier de Corberon datant de 1699 sur lequel figure un croquis du château .

La famille Bouton est restée propriétaire de cette forteresse, des terres, des droits et devoirs s'y rattachant, jusqu'en 1694, date à laquelle elle fut vendue à Marc Bourrée, écuyer du roi. . En 1636 le château a été en grande partie détruit par un incendie

                         

                                               Maquette du château reconstruit avant la révolution


La bâtisse a été reconstruite partiellement lui donnant l'aspect d'un « petit château à la moderne » Le château et les terres furent de nouveau vendus en 1780 au marquis de Juigné qui émigra à la révolution ; ses domaines furent confisqués ainsi que le château puis revendus comme biens nationaux. Il semble que ce qui restait du château primitif fut abandonné puis peu à peu démoli, les matériaux servant a la construction des habitations avoisinantes (on peut ainsi voir des entourages de fenêtre en pierre sculptée dans une étable ou une pierre de cheminée servant de seuil à une habitation) En 1872 il restait quelques vestiges puisqu'un chroniqueur local précise que « la motte n'est pas entièrement ruinée ». De nos jours, il ne reste plus rien de visible, seuls des débris de brique ou de pierre réapparaissent à l'occasion de travaux agricoles.

                                                      Quelques armoiries de seigneurs de Corberon

                                                        

 

                                   Philippe Bouton                  Jacques Bouton                Famille Bourrée